Bruxelles-Ville
Accessible en permanence
Accès pour personne à mobilité réduite
Table de pique-nique

En contrebas de la Place Royale, le jardin du Mont des Arts ouvre un large panorama vers la Grand Place et le centre historique de Bruxelles et assure une transition verte entre le haut et le bas de la ville.

Le premier jardin du Mont des Arts fut aménagé pour l’Exposition Universelle de 1910. Dans les années ’50, il est remplacé par le vaste complexe urbanistique du Mont des Arts, en ce compris le jardin actuel, rénové à partir de 2001.

Il s’agit d’un « jardin suspendu « d’un seul niveau, créé sur une dalle de béton couvrant les parkings souterrains du Palais des Congrès.

Le jardin est structuré en deux parties. Le jardin principal est composé d’une zone verte, de compartiments végétaux, de petits bassins circulaires et d’une fontaine monumentale. Le jardin secondaire contient un bassin avec des fontaines ludiques, associé à une plaine de jeux pour les plus petits.

Heures d’ouverture

Accessible en permanence

Des gardiens de parc de Bruxelles Environnement y font des passages réguliers au cours de la journée.

Contacts

Une question, un problème, adressez-vous pendant les heures de surveillance aux gardiens du parc.

Bruxelles Environnement : 02 / 775 75 75, info@environnement.brussels

Entrées

Situé en plein cœur de Bruxelles, le jardin du Mont des Arts est accessible par la place de l’Albertine, le Mont des Arts ou le Coudenberg.

Transports en commun
BUS : 208, 209, 210, 212 (arrêt(s) : Royale) - 213, 216, 86 (arrêt(s) : Bibliothèque, Gare Centrale) - 33, 48, 95 (arrêt(s) : Bibliothèque) - 71 (arrêt(s) : Bozar, Gare Centrale, Royale) - 38 (arrêt(s) : Bozar, Royale) - 204, 205, 29, 63, 65, 66 (arrêt(s) : Gare Centrale) - 206, 211 (arrêt(s) : Gare Centrale, Royale)

Espace de jeux (pyramide en corde), buvette en bois, fontaine ludique, bancs, poubelles.

Accès pour personne à mobilité réduite
Table de pique-nique

Le premier jardin du Mont des Arts fut aménagé pour l'Exposition Universelle de 1910 par l’architecte paysagiste français Jules Vacherot afin de cacher « sous un manteau de verdure et de fleurs » l’état lamentable de la Montagne de la Cour. Il était admis depuis 1850 déjà qu’il fallait démolir le quartier sordide de Saint-Roch couvrant la « Montagne » et remplacer par une artère moins pentue la rue Montagne de la Cour faisant alors la jonction entre le haut et le bas de la ville.

Des centaines de projets urbanistiques furent proposés, mais la Ville de Bruxelles, le Parlement et le Roi Léopold II ne parvinrent jamais à se mettre d’accord, laissant la zone démolie à l’état de terrain vague. Jules Vacherot, pour restaurer le quartier dans la perspective de l’Exposition, imagina un jardin en terrasses pour racheter les 40 mètres de dénivellation entre la Place royale et le boulevard de l’Empereur.

Fort décrié à l'époque pour son architecture « à la suisse » (belvédères, fausses rocailles, cascades…), ce jardin supposé provisoire, subsista jusque dans les années 50 lorsque fut édifié à la place le vaste complexe urbanistique du Mont des Arts. Celui-ci comprenait le Palais des Congrès, la Bibliothèque royale, les Archives générales du Royaume et un jardin contemporain créé en 1957/1958 par l’architecte paysagiste René Péchère.

Longtemps laissé à l'abandon et victime de dégradations, ce jardin a fait l'objet en 2001 d'une rénovation en respectant l'esprit du projet de 1958. Les modifications les plus importantes se sont situées le long de l’avenue du Mont des Arts où un espace de jeu pour les petits enfants et une rivière sèche ont été aménagés.

Ces réalisations sont toutefois déjà menacées : les travaux actuels de rénovation du Palais des Congrès prévoient de construire à cet endroit une vaste esplanade conduisant à l’entrée monumentale du palais et à l’accès vers les parkings.

Monuments

La Bibliothèque royale de Belgique ou Albertine

Construction entre 1954 et 1969 selon les plans de Jules Ghobert,  Maurice Houyoux et Roland Delers. Bibliothèque nationale du pays chargée du dépôt légal, mais aussi bibliothèque centrale scientifique et centre de conservation (manuscrits, livres précieux, partitions, cartes…).

Le Palais des Congrès 

Centre de rencontre international, le palais est en travaux de rénovation jusqu’en 2009.

La Chapelle de Nassau ou Saint-Georges

Seul vestige de l’hôtel du même nom, la chapelle est intégrée dans le bâtiment de la Bibliothèque royale. De style gothique brabançon, elle date du début du 16e siècle et sert de salle d’exposition à la Bibliothèque royale.

Le Carillon du Mont des Arts

Le carillon fait partie de l’ensemble des constructions du Mont des Arts programmé pour l’Exposition universelle de 1958. Installé dans une arcade jetée au dessus de la rue du Mont des Arts, il se compose d’une grande horloge murale qu’entourent, dans de petites niches, douze figurines représentant des personnages de l’histoire et du folklore bruxellois. Ces figurines se mettent à tourner au son des 24 cloches du carillon. Les heures sont sonnées par un petit personnage en bronze (un jacquemart) juché tout en haut de l’arcade.

Sculptures

Sa Majesté le roi Albert Ier (1951)

Au pied du jardin, sur l’esplanade, la statue équestre du « Roi chevalier » est l’œuvre d’Alfred Courtens, alors sculpteur officiel de la royauté. C’est en effet au roi Albert 1er que furent dédiés les grands aménagements qui transformèrent le Mont des Arts au milieu du 20e siècle.

Bas-relief (1969)

Sur la partie inférieure gauche du mur de façade de la Chapelle St-Georges, un bas-relief du sculpteur Georges Dobbels évoque la silhouette de l’hôtel de Nassau auquel la chapelle était autrefois rattachée.

Hommage à Jacques Brel (2002)

Erigée à l’occasion du 25e anniversaire de la mort de l’artiste, la sculpture en acier inoxydable de Marianne Baibay suggère une scène de spectacle et la séparation ténue entre vie publique et vie privée.

La Musique et le Chant (1960)

Surplombant le Mont des Arts, la sculpture de pierre aux formes arrondies d’Oscar Jespers représente sous les traits de deux femmes stylisées les muses du chant et de la musique.

L’Oreille tournante (1957)

Mobile de métal peint, l’Oreille tournante fut réalisée par Alexander Calder pour s’intégrer dans le plan d’eau qui, durant l’Exposition universelle de 1958, faisait face au pavillon américain. Remisé pendant plus de 40 ans dans les réserves du Musée d’Art Moderne, il est désormais, tout en haut du jardin du Mont des Arts, au centre d’une large fontaine provenant elle aussi de l’Expo 58.

Les Enfants dansant

Cette sculpture en bronze d’Eugène Canneel figurant trois bambins dansant ou sautillant autour d’un chien a été installée dans l’espace de délassement du jardin latéral, là où justement viennent s’amuser les enfants.

Les fontaines de Roger Jacob

La première marque l’entrée du Palais des Congrès ; il s’agit d’une fontaine monumentale à neuf stèles. La seconde, la Fontaine des trois masques, se trouve rue Ravenstein sur la façade arrière du palais.

Musées

Le Palais de Charles de Lorraine (ce qu’il en reste est intégré dans les bâtiments de la Bibliothèque royale) : musée du 18e siècle.

Le Musée des instruments de musique (rue Montagne de la Cour).

Le Musée d’Art Ancien (rue de la Régence) : peintures, sculptures et dessins du 15e au 18e siècles.

Le Musée d’Art Moderne ( sous la place du Musée) : peintures, sculptures et dessins du 18e siècle à nos jours.

Dans le jardin principal, la zone verte est plantée d'ifs et les compartiments ceinturés de buis contiennent des vivaces.

Faune
pigeon ramier
corneille noire
corbeau freux
cygne tuberculé
faucon pèlerin
épervier d'europe
bergeronnette des ruisseaux
canard colvert
mésange charbonnière
moineau domestique
grand cormoran, grand cormoran atlantique
rougequeue noir
pie bavarde
piéride de la rave
accenteur mouchet
perruche à collier
roitelet huppé
tourterelle turque
étourneau sansonnet
troglodyte mignon
merle noir
rousserolle effarvatte
buse variable