Uccle
Forest
Accessible en permanence
Potager
Zone chiens sans laisse
Accès pour personne à mobilité réduite

L’aménagement du Carré Tillens en espace vert de quartier a pour vocation de recréer une dynamique sociale et un esprit de convivialité autour d’un compost communautaire et de parcelles dédiées à la culture maraîchère ou à celle des petits fruits. Il y a aussi dans ce projet participatif, la pérennisation de la vocation potagère ancestrale du lieu.L’aménagement du Carré Tillens en espace vert de quartier a pour vocation de recréer une dynamique sociale et un esprit de convivialité autour d’un compost communautaire et de parcelles dédiées à la culture maraîchère ou à celle des petits fruits. Il y a aussi dans ce projet participatif, la pérennisation de la vocation potagère ancestrale du lieu.

Heures d’ouverture

Accessible en permanence

Un service de gardiennage est assuré 7 jours sur 7 par un ou plusieurs gardiens selon le canevas suivant :

  • du 1er octobre au 31 mars, de 8h00 à 17h45;
  • du 1er au 30 avril, de 8h00 à 18h45 ;
  • du 1er mai au 31 août, de 8h00 à 20h45;
  • du 1er au 30 septembre, de 8h00 à 19h45.

Contacts

Asbl « Comité des jardins du carré Tillens » : comitejardinstillens@base.be 
Bruxelles Environnement: 02 / 775 75 75, info@environnement.brussels

Entrées 

Le carré Tillens, à cheval sur les communes d’Uccle et de Forest, est implanté en intérieur d’îlot. Les entrées se trouvent rue Joseph Bens, rue du Fossé et rue Roosendael.

Accessibilité PMR 

Pas de problèmes particuliers

 

Transports en commun
BUS : 211 (arrêt(s) : Bens, Roosendael)
TRAM : 51 (arrêt(s) : Bens, Roosendael)

Potagers, aire de compostage, ruche, borne fontaine, zone de liberté pour les chiens, bancs, nichoirs.

Potager
Zone chiens sans laisse
Accès pour personne à mobilité réduite

L’espace actuellement réservé aux jardins du Carré Tillens n’a jamais été construit. Au 19e siècle, s’étendait encore à cet endroit la campagne bruxelloise. Elle s’est progressivement urbanisée, accueillant d’abord de petites maisons ouvrières où chacun cultivait son potager puis, au fur et à mesure de la création des rues, un habitat plus compact. Le Carré Tillens échappa à cette urbanisation, peut-être en raison de sa forte pente. 

Terrain vague et décharge à certains moments, potagers spontanés à d’autres (notamment durant les deux guerres et de manière plus systématique après le deuxième conflit mondial), il fut vendu par la commune de Forest à un promoteur immobilier en 1995. Celui-ci eut l’idée d’y construire une trentaine de maisons. La levée de boucliers qui s’ensuivit conduisit à la création du Comité de quartier Tillens/Rosendael en 1996. Son objectif ? Préserver l’espace vert et sa fonction de potager de quartier. Entre campagnes de sensibilisation auprès des riverains et mobilisation de la presse, le Comité mit aussi la main à la pâte pour appuyer ses revendications : il nettoya l’endroit, l’embellit et y planta des haies. Finalement, le promoteur verra son projet refusé en raison de problèmes d’accès pour les pompiers. Sa faillite peu après, rendra au CPAS de Forest son ancienne propriété.

En 1999, l’avenir du Carré Tillens s’éclaircit : en devenant zone d’espace vert au Plan régional d’affectation du sol (PRAS), le voilà protégé de toute emprise immobilière. Mais il faut envisager sa gestion de manière plus pragmatique. Des tables rondes rassemblant représentants de la commune, de Bruxelles Environnement et du Comité de quartier vont avoir lieu pour développer un projet cohérent d’aménagement et de gestion du site. C’est que Bruxelles Environnement a décidé de l’inscrire dans ses projets de démarches participatives visant à impliquer la population dans la définition du projet d’aménagement, sa réalisation et ensuite sa gestion au quotidien.

Mais une mauvaise nouvelle survient en 2003 : les analyses de sol effectuées révèlent de fortes teneurs en polluants. Continuer à cultiver des légumes dans ces conditions pose un réel problème de santé publique. Bruxelles Environnement recommande de transformer le Carré Tillens en espace vert d’agrément. Peu motivés, la majorité des jardiniers désertent les lieux qui retrouvent un caractère sauvage et abandonné en attendant sa nouvelle affectation. 

2008 sera l’année du renouveau. En collaboration avec le Comité de quartier, l’école communale des 7 Bonniers, le home du Val des Roses et d’autres associations, Bruxelles Environnement y a petit à petit conçu, sur le mode participatif, un nouveau projet d’aménagement. Pour résoudre le problème de pollution du sol incompatible avec la culture maraîchère, Bruxelles Environnement a remplacé la terre polluée sur une partie  du site par 50 cm de bonne terre arable. 

En avril 2009, c’est un espace vert repensé avec une nouvelle aire de potagers qui sera enfin inauguré.
Aujourd’hui, sur ces 1.300 m2 cultivables, 22 parcelles ont été attribuées aux habitants du quartier, renouant ainsi avec la tradition potagère du site. L’une d’elles a vocation communautaire et permet à tous d’y cultiver des plantes aromatiques. Une seconde, plus vaste, est dévolue à un projet intergénérationnel : un jardin des couleurs y a vu le jour. Cultivé par les élèves de l’école primaire voisine des 7 Bonniers et par quelques pensionnaires du home du Val des Roses, il est source d’enseignement et de transmission de savoirs, d’apprentissage, de partages et de rencontres.

Outre la culture des potagers, la gestion des jardins du Carré Tillens vise à protéger et développer sa biodiversité.
Les essences d’arbres présentes sur les lieux sont à l’image de ce que l’on trouve habituellement dans les jardins bruxellois : lilas, if, houx, saule marsault, hêtre, chêne, châtaigner, peuplier d’Italie, sorbier des oiseleurs…
Dans le jardin des petits fruits, poussent des framboisiers, des cassis et des groseilliers rouges ou à maquereau.
Quant aux fleurs sauvages, leur liste est déjà bien longue : aspérule odorante, bleuet, bouillon blanc, chelidoine, coquelicot, épilobe des marais, géranium fluet, lamier jaune, lychnis fleur-de-coucou, mauve sylvestre, millepertuis, myosotis, oseille des prés, renouée des oiseaux, tanaisie commune, véronique à feuille de serpolet…
Des nichoirs ont été disposés ici et là pour favoriser la nidification de mésanges, d’étourneaux, de pics épeiche… D’autres sont destinés aux chauves-souris et aux abeilles solitaires.

Faune
mésange à longue queue
tarin des aulnes
grimpereau des jardins
pigeon ramier
petite tortue
pic épeiche
rougegorge familier
faucon pèlerin
épervier d'europe
pinson des arbres
pinson du nord
geai des chênes
hirondelle rustique, hirondelle de cheminée
paon du jour
myrtil
tircis
mésange charbonnière
moineau domestique
pouillot véloce
pouillot fitis
pie bavarde
piéride du chou
piéride de la rave
azuré commun
accenteur mouchet
perruche à collier
amaryllis
bouvreuil pivoine
roitelet à triple bandeau
roitelet huppé
tourterelle turque
étourneau sansonnet
fauvette à tête noire
troglodyte mignon
grive mauvis
merle noir
grive musicienne
vulcain
belle dame
héron cendré
buse variable