Auderghem
Watermael-Boitsfort
Accessible en permanence
Plaine de jeux
Potager
Zone chiens sans laisse
Accès pour personne à mobilité réduite
Table de pique-nique

Le parc de la Héronnière, telle une coulée verte et bleue, relie trois entités. Ce parc semi-naturel est un exemple d’espace contemporain aménagé dans un but à la fois récréatif et écologique.

En 1992, la commune de Watermael-Boitsfort céda le site à la Région de Bruxelles-capitale. Le parc fut aménagé par Bruxelles Environnement et inauguré le 1er juin 1997. Il a été créé à partir des vestiges d’une ancienne vallée et d’espaces verts proches les uns des autres. Un petit cours d’eau a pu y être reconstitué, permettant aux plantes aquatiques de recoloniser le périmètre.

Les différents plans d’eau sont reliés entre eux par un bois semi-naturel et un sous-bois, où se situent deux parcs à daims.

A l’entrée du site, on trouve des parcelles potagères louées, une piste de cyclo-cross, des aires de jeux, et un terrain de pétanque. 

Heures d’ouverture

Accessible en permanence

Des gardiens de parc de Bruxelles Environnement y font des passages réguliers au cours de la journée.

Contact

Bruxelles Environnement : 02/775 75 75 (pendant les heures de bureau), info@environnement.brussels

Entrées

Le parc de la Héronnière à Watermael-Boitsfort est accessible par les rues du Loutrier, du Gruyer, des Bégonias, des Pêcheries et par les avenues de la Héronnière et des Princes brabançons.

Transports en commun
BUS : 41 (arrêt(s) : Hannetons, Loutrier, Pêcheries) - 17 (arrêt(s) : Berensheide, Gardon, Tercoigne)
Plaine de jeux
Potager
Zone chiens sans laisse
Accès pour personne à mobilité réduite
Table de pique-nique

Au 19e siècle, le site de l’actuel parc de la Héronnière était une vallée assez large où, entre des prairies humides, coulait le Watermaelbeek (que l’on appelait à l’époque le Veeweydebeek).

Les premières maisons sont apparues dans les années 30 et des étangs avaient été creusés pour la pisciculture et la pêche. L’urbanisation du quartier s’accélère dans la seconde moitié du 20e siècle.

Les marais sont drainés, certains étangs sont comblés pour permettre la construction de lotissements et en 1956, le ruisseau est partiellement relié au collecteur des eaux usées. Des immeubles à appartements se construisent à l’arrière des étangs à la limite avec la commune d’Auderghem. De nouvelles rues sont aussi tracées.

Dans ce contexte, pour relier la place des Arcades à Watermael et l’avenue Demey à Auderghem, la commune de Watermael envisage dans les années 70 de créer une nouvelle avenue sur l’ancien lit du Watermaelbeek. Seules les deux extrémités de cette «avenue de la Héronnière» seront finalement réalisées.

Par contre, plusieurs immeubles de huit étages sont achevés au début de la décennie suivante dans son périmètre immédiat.Dans la zone marécageuse située entre l’avenue des Princes brabançons et le tronçon de l’avenue de la Héronnière, un nouvel étang, laconiquement appelé «mare aux canards», est creusé en 1979.

Dix ans plus tard, les habitants réagissent faceà un nouveau projet immobilier sur la parcelle privée jouxtant le parc du Curé (appelé aussi parc du Gruyer) et sur laquelle gambadent des daims. La commune réfléchit alors à l’étude d’un plan particulier d’affectation du sol qui viserait à préserver le caractère écologique et hydrogéologique du site, mais aussi ses aspects récréatifs et de détente.

Pourquoi ne pas concevoir entre les immeubles déjà construits, un nouveau parc?

S’étendant d’est en ouest, il mettrait en connexion par une longue coulée centrale verteet bleue l’étang des Pêcheries royales, la mare aux canards, le parc du Curé et son parc à daims. Pour réaliser ce projet ambitieux, la commune de Watermael-Boitsfort cède le site à la Région bruxelloise en 1992, laissant ainsi à Bruxelles Environnement le soin de concrétiser le projet.

Les travaux commenceront en novembre 1995, le parc de la Héronnière étant inauguré le 1er juin 1997

Arbres: marronnier, érable, aubépine, saule, robinier, frêne, charme, noisetier, sureau, hêtre, saule pleureur.

Flore de sous-bois : gouet, primevère, anémone.

Plantes aquatiques : roseau, massette, glycérie, lycope, iris.

Oiseaux : passereau, rossignol, héron cendré. Grenouille rieuse. Daim.

Faune
mésange à longue queue
chardonneret élégant
verdier d'europe
tarin des aulnes
grimpereau des jardins
pigeon ramier
corneille noire
cygne tuberculé
hirondelle de fenêtre
pic épeiche
canard mandarin, aix mandarin
sérotine
rougegorge familier
épervier d'europe
pinson des arbres
foulque macroule
gallinule poule-d'eau, poule d'eau
geai des chênes
martin-pêcheur
agrion élégant
goéland argenté
ouette d'egypte, oie d'egypte
mouette rieuse
bergeronnette des ruisseaux
orthétrum réticulé
tircis
canard colvert
mésange charbonnière
grand cormoran, grand cormoran atlantique
canard chipeau
pouillot véloce
pouillot fitis
anax empereur
pie bavarde
pic vert
pipistrelle de nathusius
pipistrelle, pipistrelle commune
grèbe huppé
accenteur mouchet
perruche à collier
grenouille rousse
roitelet à triple bandeau
roitelet huppé
sittelle torchepot
tourterelle turque
étourneau sansonnet
fauvette à tête noire
fauvette babillarde
grande sauterelle verte
triton ponctué
troglodyte mignon
grive mauvis
merle noir
grive musicienne
vulcain
héron cendré
fuligule morillon
rousserolle effarvatte
bernache du canada
crapaud commun
buse variable
Flore
cardamine des prés
cirse maraîcher
eupatoire chanvrine
gouet tacheté
berce commune - patte d'ours
iris jaune
podagraire
ail des ours
renouée du japon
alliaire